B. QUENEUTTE << JE RESTE TRÈS ATTACHÉ AU CLUB DU HAVRE >>

par Oct 19, 2021A la une, Articles Récents, Flash Info

100% Paillade : le football à l'arrêt

Il fait aujourd’hui le bonheur des supporters de Montpellier au micro de France Bleu Herault lors des matchs du MHSC et de ses différentes émissions. Bertrand Queneutte a laissé d’excellents souvenirs aux supporters Ciel et Marine, lui qui a commenté les matchs du HAC pendant 4 ans. Ses envolés sur les actions de Zinou Ferhat, son professionnalisme, ses émissions, sa proximité avec son public ont donné une nouvelle dimension à l’ensemble des médias couvrant le club Doyen. C’est avec un immense plaisir que nous le retrouvons pour cet entretien.

<< Je répondrai toujours présent à une sollicitation média liée au club. >>

Pour les personnes qui ne te connaissent pas encore, peux-tu te présenter et nous dévoiler ton parcours ?

J’ai travaillé au Havre durant quatre ans, entre 2015 et 2019. J’ai assuré la couverture du sport pour France Bleu Normandie, principalement du HAC, avec le commentaire des matchs à domicile et à l’extérieur, en compagnie d’Alexis Bertin que j’avais installé comme consultant, et le suivi de l’actu liée au club, à l’équipe première, au centre de formation et à la section féminine. J’ai par ailleurs coanimé puis animé une émission hebdo sur le HAC et la Ligue 2. En parallèle, j’ai couvert plusieurs compétitions internationales pour Radio France, notamment la Coupe du Monde 2018 en Russie, avec une dizaine de matchs commentés, dont la finale à Moscou. Avant ça, plusieurs passages par le service des sports à Paris, notamment pour France Inter et France Info. Je suis parti à Montpellier il y a près de deux ans, pour couvrir le sport dans l’Hérault, notamment le MHSC. Commentaires de tous les matchs, là aussi, avec également deux émissions hebdomadaires que j’anime autour de l’actu du club. Des invités, des chroniqueurs, des consultants (Benjamin Psaume, Geoffrey Dernis).

<< Le HAC m’a fait un peu peur la saison dernière >>

Serais-tu intéressé pour commenter un match du HAC avec François Manoury ? Par exemple s’il devait y avoir un éventuel barrage pour une montée ?

Intéressé, bien sûr que je le serai ! Après, François fait ça très bien et pourrait vouloir le commenter avec un consultant, un ancien joueur, si ça se présentait. Mais oui, je reste très attaché, d’un point de vue affectif, au club du Havre. Et je répondrai toujours présent, en tous cas dans la mesure de mes possibilités, à une sollicitation média liée au club.

<< Le HAC n’a pas des finances qui, normalement, permettent de viser le Top 5 >>

Que penses tu de l’évolution du HAC depuis que tu es parti ?

L’évolution du HAC ? Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’évolution sur les dernières années. Je ne vois pas de grande avancée sportive. Le HAC m’a même fait un peu peur, la saison dernière, où j’ai plutôt vu une régression. J’ai accueilli l’arrivée de Paul Le Guen comme une bonne nouvelle, mais je pense qu’il n’a pas eu les moyens espérés, au départ. Il y a eu un recrutement assez pauvre, et je ne juge pas les joueurs qui ont débarqué, en disant cela, mais plutôt les moyens offerts pour recruter. Je pense aussi qu’il y a eu quelques erreurs de casting. Résultat : l’équipe et le club se sont mis en danger. Aujourd’hui, et tant mieux, l’équipe est repartie sur de bonnes bases. Des jeunes émergent de nouveau. Le HAC retrouve une position plus convenable, le staff travaille, les joueurs semblent de nouveau savoir où ils vont, et pourquoi ils y vont. Après, n’oublions jamais une chose : le budget. Le HAC n’a pas des finances qui, normalement, permettent de viser le Top 5. Ce qui n’empêche pas d’être ambitieux, mais ce qui contrait à ne pas être utopique. En l’état, le HAC doit continuer d’être un sérieux outsider. Et espérer que les planètes s’alignent, comme sous Bob Bradley ou même la saison du barrage en Corse, sous Oswald Tanchot.

<< La disparition de Samba Diop me bouleverse encore >>

Quel est ton meilleur souvenir avec le HAC ?

Mon meilleur souvenir au HAC ? Le premier qui me vient en tête, c’est le match face à Bourg en Bresse, en 2016. Cette victoire 5-0, un stade plein, un enjeu monstrueux, une équipe formidable, Alexis Bertin à mes cotés, un entraîneur que j’ai beaucoup apprécié, la montée ratée pour un but. Beaucoup d’ingrédients étaient réunis pour rendre cette soirée mémorable. J’ai commenté une finale de Coupe du Monde en 2018, une demi finale de Coupe de France face au PSG la saison passée. Et je le dis très clairement : en terme d’émotion, ce match n’est pas loin des deux que je viens de citer. J’en reparle d’ailleurs souvent, avec des collègues ou des amis.

Et ton pire souvenir ?

Mon pire souvenir ? Le décès de Samba Diop, forcément. Il n’y a rien de pire. Quelques mois avant, je l’interrogeais en Vendée, à l’issue de la finale U19 du championnat de France. Et nous apprenons son décès alors que nous arrivons au stade, à Reims, avec Benoît Donckele (Paris Normandie) et Manu Lelaidier (HAC) en voiture. Je ne le connaissais pas intimement, mais le malheur de sa famille, l’absence de réponse, le visage de sa mère, l’émotion de ses partenaires, j’en ai moi même pleuré. Sa disparition m’a bouleversé, elle me bouleverse encore. Les autres souvenirs pas très heureux, qui ne sont de toute façon pas nombreux, n’ont rien à voir avec la mort brutale d’un ado de 18 ans.

<< J’ai d’excellents échos sur Gibaud >>

Que penses-tu de la gestion du HAC dans sa globalité depuis l’arrivée du président Vincent Volpe ?

La gestion du HAC depuis l’arrivée de Vincent Volpe ? Je l’ai parfois trouvée moyenne, voire à côté de la plaque, dans certains domaines. Je ne dis pas que c’est simple, mais je pense qu’il y avait beaucoup mieux à faire, même s’il ne faut pas non plus tout jeter. Son arrivée a suscité beaucoup d’espoir, des promesses ont été faites, mais à l’arrivée Le Havre est toujours en Ligue 2. Ce n’est pas scandaleux d’y être, c’est plus dérangeant d’avoir promis d’en partir. En réalité, le principal soucis réside dans la communication, selon moi. Monter en Ligue 1, c’est évidemment difficile. Promettre qu’on va le faire et faire croire qu’on met absolument tout en œuvre pour y parvenir, sans limite, c’est un peu malhonnête. Et si ce n’est pas de la malhonnêteté, c’est de l’amateurisme. Je pense que le président s’est trompé dans un certain nombre de décisions, d’orientations, mais c’est normal puisqu’il ne connaissait pas le foot au moment de prendre le club. Et du coup, je pense surtout qu’il ne s’est pas toujours bien entouré, qu’il n’avait pas l’expérience pour décider seul, et qu’il a coupé des têtes qu’il aurait du garder. Après, on peut dire aussi qu’il a le mérite d’être là et le club d’exister. Mais les erreurs accumulées depuis 2015 sont quand même très nombreuses, selon moi. Des erreurs stratégiques, sportives, qui n’empêchent pas le club de survivre, mais qui font que le club est toujours en Ligue 2. A tel point que je me suis parfois interrogé, parce que quand même, Vincent Volpe est un homme intelligent : est-ce que ce sont vraiment des erreurs, ou est-ce que ce sont des choix ? Lui seul à la réponse.

<< PLG a su se réinventer, changer son fusil d’épaule >>

Comment analyses-tu le début de saison du HAC ?

Je le trouve évidemment très bon ! C’est une équipe cohérente, qui n’écrase pas ses adversaires, mais qui sait gagner ses matchs, et qui est très solide. Plusieurs jeunes ont été introduits, ils sont bien encadrés. J’ai d’excellents echos sur Gibaud, par exemple. L’équipe s’appuie de nouveau sur sa base, sur son ADN, sort des joueurs. Je suis heureux de voir Lekhal revenu à un très bon niveau, heureux de voir que Fofana est enfin lancé, heureux pour Mayembo qu’il ait ait réussi à s’installer et à s’imposer dans l’équipe et dans la tête du coach, admiratif de Bonnet qui aura consacré une partie de sa vie et quasiment toute sa carrière au club, sans tricher.

Que penses-tu de Paul LE GUEN ?

Paul Le Guen ? Je pense qu’il a pris un peu de recul par rapport au terrain, cette raison, qu’il délègue d’avantage, qu’il est le vrai manager de l’équipe, qu’il met sans doute un petit peu moins les mains dans le moteur, qu’il laisse faire son staff. C’est un homme intelligent, cultivé, bien élevé, charmant, disponible et qui connaît le football. Perso, j’apprécie. Il a su se réinventer, changer son fusil d’épaule, tirer les leçons de certaines erreurs, se remettre en question cette saison, et pour l’instant, ça paie. Chapeau. Ca n’a pas été simple au départ. Notamment l’adaptation à la Ligue 2. Je reste persuadé qu’il a aussi un peu déchanté, quand il a vu que ses moyens seraient finalement plus limités qu’il ne l’imaginait.

Avec quel joueur t’entendais-tu le mieux ?

Trop difficile de dire avec qui je m’entendais le mieux. En tous cas, je peux dire que j’ai noué un paquet de relations très agréables voire très amicales. Et que j’ai toujours beaucoup de plaisir à suivre et à croiser certains joueurs. Si je me lance, je vais en oublier, mais disons Moukoudi, Cambon, Lekhal, Youga, Louiserre, Chebake, Ferhat.

<< J’avais un excellent rapport avec les supporters >>

Avec quel joueur t’entendais-tu le moins ?

En réalité, je n’ai eu aucun accrochage ni aucune inimitié avec un joueur du HAC, sur les saisons passées à suivre le club. Il y a eu des joueurs avec qui je n’avais pas de relation. Avec quelques uns, c’était vraiment zéro. Mais ça, ça ne veut pas dire qu’on ne s’entendait pas.

Quel rapport avais-tu avec les supporters ? Quel souvenirs gardes-tu d’eux ?

J’avais un excellent rapport avec les supporters, globalement. En tous cas, on n’est jamais venu me casser la gueule à la sortie de France Bleu 😉 L’unanimité, tu ne la fais sans doute jamais. Mais si tu fais ton boulot avec sérieux, passion et honnêteté, tu limites le risque et tu augmentes les chances que ça se passe bien. Je garde un excellent souvenir de notre relation, j’avais toujours plaisir à échanger avec eux, et le rapport était même amical avec certains. J’ai fait de très belles rencontres, au stade, à l’entraînement, en dehors. J’ai essayé de les alimenter du mieux possible, le plus possible, sur la vie et l’actualité de leur club, de développer un certain nombre de rdv à l’antenne comme sur les réseaux, avec les moyens qui m’étaient donnés, avec Alexis Bertin qui a aussi beaucoup fait.

Propos recueillis par @tijo pour hactu.fr

1 Commentaire

  1. Tomashiro

    Bravo et merci Bertrand ! Ton passage en Normandie fut mémorable et tes commentaires notamment sur les buts me faisaient pensé au regretté Eugène Saccomano.

Soumettre un commentaire